GameOsphère est un blog 100% participatif dans son traitement de l'actualité jeux-vidéo (consoles et PC). Tout membre inscrit peut participer en évaluant les articles qu'il consulte mais aussi en publiant les siens; les meilleurs rédacteurs sont rémunérés tous les mois.

En savoir plus
 

    Test

    X360 PS3 PC

    [Test] GTA: Episodes From Liberty City

    Posté par Loulou le 30/04/10 à 01h28

    Grand Theft Auto, la licence qui ravit les joueurs et qui fait peur aux parents depuis 1997. Pour son 13e opus, Rockstar a eu la merveilleuse idée de réunir les deux derniers contenus téléchargeables de GTA IV, "The Lost and Damned" et "The Ballad of Gay Tony" sur une seule galette. L'exclusivité de Microsoft étant terminée, les joueurs PS3 et PC peuvent donc parcourir une nouvelle fois Liberty City dans la peau de Johnny Klebitz et Luis Lopez.

    La particularité de GTA: Episodes From Liberty City est qu'il s'agit Stand-Alone, cela veut dire que vous n'avez pas besoin de posséder GTA IV pour le faire fonctionner. En effet, vous tomberez, dès le chargement du jeu, sur un écran de sélection où vous devrez choisir entre "The Lost and Damned" et "The Ballad of Gay Tony. Vous pourrez bien évidemment changer d'univers quand vous le désirez. Il est toutefois préférable d'avoir fini GTA IV pour comprendre toutes les subtilités et les clins-d'œil dans ces deux contenus car ils se déroulent en même temps que le scénario principal.

    Un petit rappel des faits dans GTA IV. Vous incarnez Niko Bellic, un ancien soldat immigré d'Europe de l'Est venu vivre le rêve américain. Il rencontrera son cousin Roman à Liberty City et tombera malgré lui dans la corruption et le crime.

    Dans le premier contenu, "The Lost and Damned", vous dirigez Johnny Klebitz, le vice-président du groupe de bikers connu sous le nom de "The Lost". Ceux qui connaissent la série télévisée "Sons Of Anarchy" ne seront pas dépaysés car le contexte est quasiment le même. Sexe, drogues, tatouages, hard rock, fraternité et vos fidèles motos sont les éléments clés de cet univers.

    Vous démarrez dans le Q.G. des Lost, seul point de sauvegarde du jeu. On peut y entendre du rock 24h/24, participer à des tournois de bras de fer ou encore parier de l'argent sur un jeu de cartes, se recueillir devant le mémorial des bikers disparus ou faire des activités déjà présentes dans GTA IV comme regarder la télé ou se connecter à Internet.

    Concernant le gameplay, il n'y a pas de grands changements bien que la maniabilité des motos a été améliorée. Il faut savoir que la majorité des déplacements se feront sur ces véhicules, scénario oblige. Vous pourrez par ailleurs appeler un membre des Lost pour qu'il vous apporte, si besoin est, une nouvelle bécane.

    La principale nouveauté de ce contenu est qu'une une grande partie des missions se feront avec des membres des Lost et imposera une certaine rigueur pendant les phases de déplacement en groupe. Votre statut de vice président du club oblige moralement le joueur a être entouré des autres membres afin de créer un beau cortège. Petit hic, les bikers ont tendance à percuter tout et n'importe quoi ce qui rompt quelque peu le charme des déplacements en groupe. Rockstar a eu la merveilleuse idée d'intégrer des dialogues entre motards pendant ces déplacements, ce qui renforce l'immersion du joueur.

    Bref, comme vous l'avez compris, si il y a bien un domaine où Rockstar excelle, c'est bien pour créer des univers particuliers et tout faire pour que le joueur y soit plongé. On ressent constamment une certaine solitude due aux conflits avec certains membres du club tout en gardant un esprit fraternel poussé à l'extrême. "The Lost and Damned" change radicalement de l'aventure principale et y apporte quelques nouveautés. Que du bonheur.

    "Brothers for life, Lost forever" 

    Encore un changement d'univers radical pour "The Ballad Of Gay Tony". Si l'histoire principale et le contenu additionnel précédemment testé se déroulent principalement le jour, l'intrigue de ce contenu prend place dans le milieu de la nuit. En effet, Gay Tony est le propriétaire des deux boîtes de nuit les plus hype de Liberty City, Maisonnette 9 et un club gay, Hercules. Vous y incarnez Luis Lopez, ex-taulard devenu partenaire d'affaires/homme de main/porte-flingues/coach de vie du susnommé "Gay Tony" Prince. Le portrait dépeint peut faire transparaître un homme violent et manipulateur par nature mais il n'en est rien. Votre but est d'un coté, assurer à votre mère une retraite décente, mère qui, malgré tous les efforts que vous pourrez faire, vous considère comme un bon à rien. De l'autre, vous devrez aider Gay Tony à régler ses problèmes financiers, d'addictions et de concurrence car c'est grâce à ce dernier que vous vivez "le rêve Américain".

    Parlons à présent du gameplay. Le maitre mot de ce contenu est: extrême! Tout est poussé à l'exagération. Véhicules de luxe, personnages hauts en couleurs, armes loufoques et jamais vues dans un GTA, munitions quasiment illimitées. Votre personnage devra tout au long du scénario redorer le blason de l'icône de la nuit qu'est Gay Tony, régler des histoires d'emprunts à grands coups de lance-missiles ou encore effectuer des missions complètement folles pour des multi-milliardaires.  Ces missions se finissent généralement par un festival d'explosions, bref, le rêve pour les fans. Il faut d'ailleurs noter que les missions sont beaucoup plus longues et éprouvantes qu'à l'accoutumée. De plus, contrairement à Johnny Klebitz, la plupart de vos péripéties se dérouleront dans les airs. Belle transition de ma part pour enchaîner avec LA nouveauté tant attendue de ce contenu, le Base Jump! Cet exercice à haut risque qui consiste à sauter en parachute des plus hauts toits de Liberty City procure de belles sensations. C'est beau, c'est fluide, c'est jouissif et le base jump est, sans trop vous spoiler, un élément clé de certaines missions!

    Mais ce n'est pas tout en ce qui concerne les nouveautés. Si vous voulez prendre un peu de repos, vos boîtes de nuit vous accueilleront chaleureusement. Luis pourra aller draguer [et plus si affinités ;), se défouler sur les pistes de danse ou tout simplement se mettre une grosse caisse gratuitement au bar. Pour gagner plus d'argent que vous n'avez déjà, Luis pourra dealer avec ses 2 amis d'enfance à la old-school, faire des courses avec de grosses voitures de luxe boostées à la nitro ou faire des combats clandestins plus ou moins dans les règles.

    Bref, "The Ballad of Gay Tony" est, à mon humble avis, supérieur à "The Lost and Damned" car plus varié et un peu plus immersif. La synchronisation labiale pendant les cinématiques est irréprochable et les visages beaucoup plus expressif.

     

    Pour conclure, Rockstar nous démontre à travers "GTA IV" et principalement ces deux contenus l'étendue de leur talent à créer des univers passionnants et incroyablement immersifs. Si vous vous êtes lassés du personnage trop lisse qu'est Niko, le monde underground de "The Lost and Damned" et explosif de "The Ballad of Gay Tony" vous accueillent à bras ouverts.

    Je tiens à remercier l'agence VPCOM et Rockstar pour l'exemplaire-presse!

    Graphismes : 17/20
    Reprenant le moteur graphique de GTA IV, c'est dans la diversité des univers que l'oeil se régale.
    Gameplay : 18/20
    Prenez GTA IV, améliorez la conduite de certains véhicules, apportez de belles nouveautés comme le Base Jump ou la conduite en moto. Que du fun!
    Durée de vie : 19/20
    Achetez "GTA IV" à petit prix et "Episodes from Liberty City" [pour 60€ au total], et vous vous délecterez de Liberty City pendant une cinquantaine d'heures. Visez la centaine d'heures, rejouabilité oblige.
    Ambiance Sonore : 18/20
    Une ribambelle de radios [et pour tous les goûts], des doublages et des effets sonores vraiment soignés, un humour omniprésent.
    Originalité : "un jeu unique !"
    Du Grand Theft Auto quoi. Indétrônable.
    Note Globale : 18/20

    Je n'ai pas malheureusement pas eu l'occasion d'essayer le mode multijoueur, mais le solo vous occupera pendant de belles et intenses heures. Merci Rockstar!




    -La licence GTA.
    -Les missions croisées et les clins d'oeil.
    -Les nouveautés.
    -Pas grand chose à ajouter, merci Rockstar.


    -La conduite de certains véhicules parfois crispante.
    -La difficulté de certaines missions rebuteront peut-être certains "casual-gamers".
    Vous devez être connecté en tant que membre pour pouvoir noter et envoyer des alertes sur un article.
    Cliquez ici pour vous inscrire (gratuit et rapide).

    Notez cet article :

    • Currently 5.00/5

    Note: 5.0/5 (3 votes)


    Voter pour un article vous rapporte 10 points; laisser un commentaire vous rajoute 15 points.

    2 COMMENTAIRES


    Posté par Metalish :
    le 29/04/10 à 21:11
    Test très complet. J'ai justement joué à ces 2 GTA le week end dernier, et tu résumes très bien ce que j'en ai pensé également.

    Si le fun de Vice City/San Andréas vous a manqué, foncez sur Gay Tony ;)
    Posté par Smurff :
    le 30/04/10 à 01:39
    Le dernier GTA auquel j'ai joué est le San Andreas sur PC et c'était plus par curiosité (le tout premier c'était GTA II :).
    Je ne suis pas trop trop fan de la licence mais je suis obligé de reconnaitre qu'en y jouant, on ressent quelque chose d'assez unique, propre aux GTA. A tester donc pour ceux qui ne connaissent pas (kof kof, si ça existe encore :)

    Bon test, bien écrit =)

    edité par Smurff le 30/04/10 à 01h39

    Commenter cet article :

    Vous devez être connecté en tant que membre pour commenter les articles. Cliquez ici pour vous inscrire.